Les expériences des étudiant.e.s ne doivent pas être annulées cet été - voici comment

16 juin 2020

Il ne fait aucun doute que les répercussions de COVID-19 ont fait dérailler de nombreux plans d'été, y compris les programmes de stages. Selon le Globe and Mail, environ 40 % des stages d'été ont été réduits ou entièrement annulés en conséquence. Ces stages constituent normalement une partie importante de la carrière des étudiants des universités et des collèges, leur donnant la possibilité d'acquérir de l'expérience dans leur domaine avant d'obtenir leur diplôme. Sans le travail pratique, les implications sont durables car les étudiants se rapprochent de la possibilité d'être sous-employé.e.s après l'obtention de leur diplôme.

Un marché du travail difficile

Les étudiant.e.s ne sont pas les seul.e.s à devoir faire face aux effets dévastateurs d'une pandémie mondiale ; les entreprises sont contraintes de licencier des employés et de fermer leurs bureaux en raison des difficultés économiques. Avec moins de ressources pour atteindre leurs objectifs commerciaux, elles sont moins susceptibles de lancer de nouvelles initiatives. Ce pourrait être le marché du travail le plus difficile que nous ayons connu de notre vivant, car nos processus et nos activités quotidiennes sont complètement bouleversés. Les écoles s'efforcent de trouver des alternatives pour leurs étudiant.e.s qui ont annulé les offres d'emploi qui les empêchaient de satisfaire aux exigences du programme coopératif pour obtenir leur diplôme, tandis que les entreprises ne savent pas comment atteindre leurs objectifs commerciaux avec une main-d'œuvre éloignée ou réduite.

Stages virtuels : La solution

Les stages virtuels sont une solution rapide à de nombreux problèmes à long terme. Les projets d'une entreprise, allant des stages sur le terrain et des coopératives à la recherche appliquée, peuvent être proposés sous la forme d'une expérience co-curriculaire ou d'un crédit universitaire. Pour les étudiant.e.s, ils s’adresseront à l’école qui les aidera à entrer en contact avec un employeur approprié. Comme les stages virtuels sont un hybride de nombreux placements traditionnels, leurs avantages sont légèrement différents.


Pour les employeur.euse.s : Une occasion d'en faire plus 

Le travail à distance n'est pas seulement une mesure d'adaptation nécessaire, c'est aussi un avantage, car il permet aux employeurs de surmonter les restrictions des placements en personne grâce à un placement virtuel flexible. La durée du processus d'embauche est considérablement réduite et permet d'accéder aux étudiant.e.s partout en un seul endroit.

Si le travail ne correspond pas à la description d'un emploi d'été typique, il peut fonctionner comme un projet qui ne nécessite pas une supervision à plein temps. C'est à l'employeur de décider s'il a besoin d'un travail à temps plein ou à temps partiel. S'il n'y a pas de financement disponible pour embaucher un stagiaire à temps plein ou à temps partiel, il est également possible d'offrir des postes pour des crédits universitaires. Moins gourmands en ressources, les stages virtuels permettent aux entreprises d'accomplir davantage malgré les difficultés liées à la récession.     


Pour les étudiant.e.s et les établissements : Plus d'expériences que jamais

Cet été n'est pas forcément un coup dur dans le parcours professionnel d'un.e étudiant.e, mais une occasion unique pour lui d'explorer le travail par projet et l'apprentissage par l'expérience. 

Comme les employeurs s'adaptent à un stage virtuel plus accessible, les établissements peuvent aider à mettre les étudiant.e.s en contact avec un plus grand nombre de stages qu'auparavant. À l'instar des employeurs, les étudiant.e.s peuvent avoir la possibilité de travailler à leurs heures préférées en fonction de l'engagement. Les placements à distance sont une adaptation et les stages virtuels en tiennent naturellement compte, car le travail par projet permet de clarifier les attentes et d'atteindre un objectif. 

Le problème que pose un stage virtuel peut être que les étudiant.e.s ne peuvent pas mettre en pratique leurs compétences non techniques comme ils le feraient normalement. Toutefois, les étudiant.e.s continueront à bénéficier d'un mentorat et d'une supervision pendant qu'ils communiquent et collaborent avec d'autres employés.



Quelle est la prochaine étape ?

Nous allons probablement devoir vivre dans cette "nouvelle normalité" pendant un certain temps, alors autant tirer le meilleur parti de la situation alors que nous continuons à avancer vers l'établissement d'une solution à long terme. Des stages virtuels sont déjà en place sur notre plateforme, Riipen, où notre réseau d'employeurs et d'établissements d'enseignement supérieur se connectent activement. Si vous souhaitez commencer ou en savoir plus sur le processus, envoyez un courriel à internships@riipen.com.


Rédigé par : Yogmaya Singh